Alimentation

Le cabri de Pâques

La coutume de manger de la viande de cabri surtout à Pâques - en raison de sa pureté - procède de la tradition chrétienne occidentale. C'est au Tessin qu'elle est encore la plus ancrée. Le cycle oestral des chèvres favorise les naissances au début de l'année, de sorte que les cabri sont bons pour la boucherie avant Pâques. Jadis souvent considéré comme «le repas de fête du pauvre», le cabri est depuis longtemps devenu une spécialité rare. Le cabri de Pâques est disponible au plus tard dès le dimanche des Rameaux - dans de nombreux endroits, il l'es désormais dès février - et jusqu'à la Pentecôte. La viande du cabri de Pâques est claire et tendre.

Le cabri de pâturage

Le cabri de pâturage - également appelé cabri d'alpage ou de montagne - donne la meilleure viande de chèvre qui soit. La nécessité de produire constamment du lait de chèvre pour satisfaire toute l'année à la demande de fromages induit de plus en plus de mises bas à d'autres siasons que pendant les traditionnels mois de naissance. De nombreux chevreaux passent ainsi l'été sur nos pâturages alpins, où ils se délectent de plantes des plus verdoyantes. De ce fait, leur viande est plus rouge, plus corsée et plus aromatique, tout en censervant sa finesse et sa tendreté. Le cabri de pâturage  contribue à la réservation des races menacées.

Valeurs nutritives

La viande de cabri et de chèvre a un goût agréable et peu prononcé. Elle est peu calorique et pauvre en matières grasses et en cholestérol. Sa forte teneur en protéines et en acides gras polyinsaturés font du cabri une viande très saine et donc appréciée des gourmet soucieux de leur ligne.